L'assurance vie est-elle toujours «non successorale»? – Contrat assurance vie

L'assurance vie est-elle toujours «non successorale»?

 – Contrat assurance vie

avec Marie Hélène PERO AUGERE HUE (Notaire chez Chevreuse, membre du groupe Monassier)

L’assurance-vie n’est pas en principe un principe et dispose donc d’un système de dérogation pour la loi sur le patrimoine commun et sa fiscalité. Toutefois, dans certains cas, l’assurance-vie est contractée dans la succession de l’assuré. Pour l’essentiel, trois cas doivent être identifiés.

Le premier est lorsque l'assurance est intégrée à la fois dans le patrimoine de la société. Les sommes versées ne sont pas consécutives et sont distribuées aux héritiers conformément aux règles du Code civil. Ces montants sont soumis au même impôt que le reste des actifs de la succession. C'est le cas en l'absence d'un bénéficiaire nommé dans le contrat ou lorsque ce dernier est décédé avant l'assuré.

Ce régime d’atténuation peut également être levé si les primes payées par l’assuré sont "Honnêtement exagéré par rapport aux facultés du défunt". L'exagération est évaluée en fonction de l'âge, de l'état de clientèle et de la famille de l'assuré et de la commodité du contrat pour celui-ci. Si les primes sont jugées excessives, elles sont retournées à la succession.

La seconde est celle où l'intégration à la succession n'a que des conséquences civiles. C'est le cas du contrat souscrit à des fonds communs de placement et n'a pas été réglé à la liquidation communale de collègues à la suite du décès de l'un des époux (voir "Les Echos" du 21 septembre 2018 "Assurance vie et conjoint" biens communs ").

Dans le troisième cas, les montants versés restent un héritage non civil mais sont soumis aux droits de succession, sauf dans le cas d'exemptions. Les contrats ouverts après le 20 novembre 1991 sur lesquels les primes ont été payées après le 70e anniversaire du souscripteur dépassaient 30 500 euros. Dans les autres cas, la taxe dépend de la date du contrat, du paiement des primes et de l'âge de l'assuré.

Se souvenir

La cohérence des déclarations fiscales à effectuer ainsi que les implications en matière d’assurance vie civile et familiale exigent que le notaire en soit conscient.

C’est le financement préféré des Français. Ce support boursier donne l’occasion de se constituer un capital sur le long terme : pour la retraite ou bien pour préparer un projet. L’assurance vie présente de nombreux avantages tel que une impôt allégée, une transmission du capital sécurisée ainsi qu’à le règlement d’une rente.
Après ouverture du contrat pendant un règlement initial, il est possible d’effectuer des versements, réguliers et pourquoi pas non, sans bornes de montant. Même s’il est fiscalement plus intéressant d’épargner pendant au moins huit ans, vous avez le droit de clôturer votre contrat ou bien d’effectuer des retraits à tout moment.
Quel que soit votre objectif à court, moyen et pourquoi pas long terme, il sera important de souscrire tôt possible afin de prendre date et acquérir de l’ancienneté. Ainsi plus vite vous profiterez de la fiscalité avantageuse après 8 ans, pour aborder l’avenir sereinement.

L'assurance vie est-elle toujours «non successorale»? – Contrat assurance vie
4.9 (98%) 32 votes