Un membre du MoDem s'empresse de réformer la fiscalité – Assurance vie comparatif

Un membre du MoDem s'empresse de réformer la fiscalité

 – Assurance vie comparatif
Don, succession: bouleversements des propositions des députés du MoDM visant à réformer la fiscalité © ebstock / Getty Images Don, succession: bouleversements des propositions des députés du MoDM visant à réformer la fiscalité

Sarah El Haïry, députée d’Info Capital, présente les réformes qu’elle apportera cet automne au projet de loi de finances. Objectif: modifier fortement les règles d'imposition et de succession.

Qui ne voudrait pas donner plus d'argent à ses enfants sans payer de lourdes taxes transférées? C'est l'une des premières propositions de la 5ème circonscription de Loire-Atlantique, Sarah El Haïry est actuellement responsable de la mission parlementaire sur la philanthropie française. Dans ce contexte, le "centriste" est élu en tenant compte des règles d'imposition variables en termes de souscription et de succession. L’idée de promouvoir la circulation des capitaux entre les générations. Ce membre de la commission des finances présente un certain nombre d'amendements à cette fin dans le cadre de l'examen du prochain projet de budget. "Nous ne pouvons pas toujours revendiquer la solidarité dans notre société et limiter celle qui doit être la première d'entre elles, la solidarité familiale", a déclaré le député. Une préoccupation partagée par le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a rappelé "qu'il avait envisagé la Présidence de la République sur la souscription fiscale de prolonger la période de cinq ans" pendant son séjour à Paris. Été de bœuf fin août.

Avec l'extension de la vie, les Français sont de plus en plus hérités. A tel point que la moyenne d'âge des héritiers est d'environ 50 ans. Trop tard, selon Sarah El Haïry: "Nous devons laisser les familles aider les jeunes quand ils en ont le plus besoin, à 20 ou 30 ans". Comment À compter du 17 août 2012, l'article 779 I du code général des impôts prévoit qu'un enfant peut recevoir un don pouvant aller jusqu'à 100 000 euros tous les 15 ans, à la fois personnellement et sans transfert, provenant d'un parent en ligne droite. "L'idée est d'augmenter le plafond et de raccourcir le délai en permettant à plus et plus souvent aux parents" d'exiger le parlement. Pour ce faire, deux cas sont susceptibles d'être débattus dans le cours de cycle. Le premier offre un abonnement sans frais possible tous les 6 ans. La seconde, tous les 10 ans.

>> Lire aussi – Taxation des dons: Bercy soulage les secours

Mais ce n'est pas tout: MEC Plus veut revoir les conditions pour les dons entre grands-parents et petits-enfants. "Aujourd'hui, les grands-parents sont de véritables acteurs de la solidarité mondiale. Ils veulent aider leurs petits-enfants à partir de leurs études, acheter leur maison ou leur première voiture", dit-elle. Malheureusement, le député élu regrette que cette taxation soit retardée par notre système fiscal. Dans ce cas, l’article 790 B du code général des impôts prévoit une exonération maximale des droits de mutation de 31 865 euros par donataire, tous les 15 ans. Un cadeau qui, dans l'état actuel du droit fiscal, est beaucoup plus avantageux que le point de vue d'une grand-mère ou d'une grand-mère héritée. Le montant facturé est de 1,594 euro. Pour un abonnement direct en ligne (des parents aux enfants), Sarah El Haïry souhaite relever le plafond et raccourcir la date limite de lancement gratuit.

Enfin, en termes de succession, le député souhaite réformer la réserve héréditaire pour encourager les familles les plus riches à donner davantage aux sociétés et aux fondations d'utilité publique. Pour rappel, la réserve héréditaire est définie comme l'ensemble des droits de propriété et des droits patrimoniaux garantissant la loi aux héritiers indépendamment du testament du défunt. Mais cet article est un sujet très sensible du droit français, qui est difficile à changer. Cependant, le député El Haïry souhaite profiter de la révision du projet de loi de finances pour lancer le débat. Façons d’envisager la fixation d’un seuil de transmission maximal obligatoire à 30% des biens du défunt. À l'heure actuelle, la loi française prévoit qu'un enfant célibataire a le droit de percevoir la moitié du patron de son parent décédé. Une réserve patrimoniale qui atteint les deux tiers dans le cas d'une famille de deux enfants.

>> Notre service – Testez nos comparaisons d'assurance vie

C’est le placement préféré des Français. Ce support capitaliste donne l’opportunité de se former un capital sur le long terme : pour la retraite ou dans l’intention de préparer un projet. L’assurance vie présente de nombreux avantages comme une impôt allégée, une transmission du capital sécurisée et pourquoi pas le versement d’une rente.
Après ouverture du contrat selon un règlement initial, il est tout a fait possible d’effectuer des versements, réguliers ou bien non, sans bornes de montant. Même s’il est fiscalement plus intéressant d’épargner pendant en or moins huit ans, vous avez le droit de clôturer votre contrat ou bien d’effectuer des retraits à tout moment.
Quel que soit votre objectif à court, moyen ainsi qu’à long terme, il sera important de souscrire le plus tôt possible afin de prendre date et acquérir de l’ancienneté. Ainsi plus vite vous profiterez de la impôt avantageuse après 8 ans, pour aborder l’avenir sereinement.

Un membre du MoDem s'empresse de réformer la fiscalité – Assurance vie comparatif
4.9 (98%) 32 votes