L'effet du Cobra ou des conséquences imprévues en politique – Contrat assurance emprunteur

L'effet du Cobra ou des conséquences imprévues en politique

 – Contrat assurance emprunteur

Par Anthony Davies et James R. Harrigan.
Article avec la Foundation for Economic Education

Les gens réagissent avec toutes les lois, réglementations et ordonnances imposées par l'État, ce qui pourrait avoir des conséquences très différentes du rappel des législateurs.

Chaque décision humaine donne sa part de conséquences inattendues. Souvent, ils ne sont pas importants, parfois gaspillés. Par exemple, lorsque Airbus voulait assouplir ses avions pour améliorer le confort de ses passagers, l’A380 était si grand que les gens pouvaient entendre beaucoup plus clairement ce qui se passait dans les toilettes de l’avion.

À d'autres moments, les conséquences imprévues ont des conséquences importantes et graves. Le système de santé américain en est l'illustration parfaite. Cela se reflète dans sa forme actuelle en grande partie à cause de deux décisions gouvernementales.

Premièrement, les contrôles des salaires et des prix pendant la Seconde Guerre mondiale ont incité les employeurs à ajouter l’assurance maladie aux prestations. Pourquoi La loi empêchait les employeurs d'augmenter les salaires, attirant ainsi les travailleurs, offrant une assurance maladie. Puis, en 1951, le Congrès confirma que les prestations d'assurance maladie fournies par l'employeur ne seraient pas considérées comme des avantages imposables. Par conséquent, il était meilleur marché d’augmenter le nombre d’employés sous la forme de prestations d’assurance non imposables plutôt que d’un salaire imposable.

En conséquence, les travailleurs bénéficient non seulement d'une assurance maladie par l'intermédiaire de leurs employeurs (par exemple, leur voiture et leur domicile), mais ces régimes d'assurance existent également. plus luxueux qu'ils ne l'auraient été si le Congrès ne leur avait jamais accordé de traitement fiscal particulier. Ces deux décisions ont aidé à créer le système de soins que nous avons maintenant, ce que presque toutes les personnes qui ne travaillent pas sont d’accord.

Personne n'a essayé de créer un tel système, simplement parce que personne ne voulait faire sonner les toilettes plus haut dans les avions. C'étaient des conséquences inattendues. Et on peut voir partout quand on comprend comment regarder.

Ils se produisent si souvent que les économistes leur attribuent «l'effet cobra» comme référence à l'un des exemples les plus connus.

Les cobras de Delhi

Dans la colonie indienne, Delhi a été infecté par des cobras, un problème nécessitant une solution claire en raison des risques mortels associés à ces reptiles. Afin de réduire la population transitant par la ville, les autorités locales ont mis leur tête à prix. Cette solution semblait être raisonnable. Le bonus était suffisamment généreux pour que beaucoup de gens commencent à faire tourner le cobra et l’effet était donc directement souhaitable, réduisant leur nombre. Et c’est là que les choses prennent une tournure intéressante.

Alors que la population des accidents diminuait et que la faune était difficile à trouver, les gens étaient tout aussi entreprenants. Ils ont commencé à les élever, puis à les tuer et à collecter les bonus comme auparavant. C’est donc un nouveau problème: les autorités ont constaté un manque de cobras virtuels dans la ville mais elles ont continué à payer autant de bonus qu’auparavant.

Le conseil municipal a agi avec sagesse en annulant ce bonus. En réponse, les gens qui cobras se sont levés dans la ville les ont lâchés dans la rue parce qu'ils ne valaient rien. Qui aurait voulu beaucoup de cobras chez lui?

Finalement, Delhi a eu un problème plus grave de cobras après avoir quitté la prime. Le programme d'éradication du cobra a entraîné une augmentation du nombre de cafards dans les rues. Ceci est un exemple typique de tentative de résolution d'un problème qui ajoute au problème que les législateurs avaient l'intention de résoudre.

Pollution de l'air

Cela ne s'applique évidemment pas aux cobras. La même chose s’est produite à la fin des années 1980 à Mexico, touchée par une pollution atmosphérique extrême à cette époque à cause des voitures de 18 millions d’habitants. La municipalité a répondu Hoy No Circula, une loi visant à réduire la pollution automobile: interdiction de circulation de 20% des voitures, déterminée par les derniers chiffres de la plaque d'immatriculation, tous les jours de l'hiver, lorsque la pollution était la plus importante.

En clair, cette mesure n’a pas amélioré la qualité de l’air à Mexico. En fait, cela a empiré les choses.

Belle découverte: les besoins des individus ne changent pas grâce à un simple décret gouvernemental. Les habitants de Mexico ont peut-être besoin d'un air plus pur, mais ils doivent aussi aller au travail ou à l'école. Ils ont répondu à l'interdiction d'une manière qui n'était ni planifiée ni planifiée par les législateurs.

Certaines personnes transportaient ou utilisaient les transports en commun, ce qui était l'objectif premier de la loi. D'autres ont construit des taxes plus polluées que des voitures individuelles.

D'autres ont dépassé l'objectif de la loi. Ils ont acheté la deuxième voiture. avec une autre plaque d'immatriculation, ils l'utilisaient le jour qui les empêchait de conduire leur voiture principale. Quel type de voiture ont-ils acheté? Le moindre coût qu'ils puissent trouver, ceux qui mettent leur pollution dans la ville beaucoup plus qu’ils n’ont pas le droit de les utiliser. Ils ont lâché leurs pavés dans les rues, sauf que ces accidents étaient des voitures.

Impact Cobra ou conséquences imprévues partout

Ces exemples de conséquences imprévues ne se dégagent pas. On les voit quand l'autorité impose sa volonté au peuple.

– Les lois sur les ceintures de sécurité et les coussins gonflables réduisent la sécurité des piétons et des cyclistes en permettant aux conducteurs d’être plus prudents et mieux protégés.

– Les lois sur les prêts sur salaire, conçues pour protéger les emprunteurs à faible revenu afin de protéger les taux d’intérêt élevés, leur offrent des prêts plus onéreux en les obligeant à choisir des solutions de remplacement plus durables.

– L'obligation faite à une société de publier la rémunération de son directeur général pour inciter les actionnaires à la réduire a entraîné des demandes d'augmentation de la part des moins rémunérés.

– La loi augmente trois coups, qui visent à réduire la criminalité, encouragent le nombre de morts dans la police par les récidivistes à s'échapper ou même à se rebeller.

– La loi sur les Américains handicapés (ADA) encourage les employeurs à discriminer l'emploi de personnes handicapées afin d'éviter toute application liée à cet appareil.

– En réduisant le nombre d'électriciens qualifiés, les obligations des professionnels en matière de licence pourraient les inciter à effectuer certaines tâches par eux-mêmes et mettre en danger les risques et les blessures.

Venezuela

B & # 39 ne montre peut-être pas mieux l'ampleur des problèmes potentiels découlant des conséquences imprévues que le terrible exemple qu'a connu le Venezuela après la nationalisation de son industrie pétrolière en 1976. L'intention de l'État était de conserver les avantages du pétrole. Et c'est arrivé pendant un moment.

Lorsque l'État a précédemment adopté un secteur privé, le droit rentable de maintenir le capital physique se dégrade et disparaît. Il a continué pendant dix ans, et au moins pour une autre fois, contrairement à d'autres expériences sociales, le Venezuela a travaillé.

Mais comme le capital physique de l'industrie pétrolière a chuté, la production de pétrole a chuté. Peu à peu, les prix du pétrole ont également chuté à cette époque, ce qui désigne les socialistes comme le véritable coupable. Cela est sans aucun doute inexact, aucun autre pays producteur de pétrole n’ayant réussi à survivre au Venezuela.

Alors que les revenus et la production diminuaient, l’État vénézuélien faisait sans aucun doute ce que fait chaque État lorsque les revenus disparaissent. Il a emprunté des impôts et a pris autant qu'il a pu et a commencé à imprimer de l'argent. Il y avait un résultat inattendu, les billets de banque ont entraîné l'inflation, puis les prix ont augmenté autant que les gens ne pouvaient plus manger de l'argent.

En réponse, l'État a appliqué un contrôle des prix des aliments, créant un nouvel impact inattendu: les agriculteurs n'étaient pas en mesure de cultiver. Ils ont arrêté leur activité. Enfin, l'État a obligé les gens à travailler dans les fermes pour produire de la nourriture.

L’esclavage est le résultat inattendu de la nationalisation de son industrie pétrolière au Venezuela.

Effet d'exercice Cobra

Cela ne signifie pas que nous ne devrions pas légiférer. Il suffit que les auteurs des lois sachent que toutes les actions humaines ont des conséquences prévisibles et inattendues. Les gens réagissent avec toutes les lois, réglementations et ordonnances imposées par l'État, ce qui pourrait avoir des conséquences très différentes du rappel des législateurs.

Par conséquent, même s’il est nécessaire de légiférer, il faut faire preuve d’une extrême humilité. Malheureusement, ces caractéristiques ne sont pas communes chez ceux qui deviennent législateurs, il est donc facile de trouver des exemples de problèmes de cobras.

Traduction de Joel Sagnes pour contrepoint Effet du Cobra: Leçons sur les conséquences imprévues

L'effet du Cobra ou des conséquences imprévues en politique – Contrat assurance emprunteur
4.9 (98%) 32 votes