Des taux d'intérêt bas, un danger pour les banques? – Assurance emprunteur

Des taux d'intérêt bas, un danger pour les banques?

 – Assurance emprunteur

Si les taux d'intérêt sont bas en faveur a priori emprunteurs, elle a également des effets néfastes sur le secteur bancaire. Ce n’est pas le cas, car Arkéa Bank veut rester autonome, a fortiori quand la nouvelle bulle financière sera liée à la dette.

"Argent, trop cher": le groupe français n'a jamais fabriqué le tube à la fin des années 1980. En presque une décennie, les taux d’intérêt ont régulièrement diminué dans les pays industrialisés. Au point qui atteint des niveaux historiquement bas voire négatifs: peu sûr, surtout sur le continent où c’est la Banque centrale européenne (BCE) qui détermine la politique monétaire État membre de la zone euro.

Le grand fabricant d’argent européen, en particulier, détermine le niveau des taux d’intérêt "Les directeurs"influencer le coût du crédit bancaire et le rendement de l’épargne. Depuis mars 2016, la BCE a ramené son principal taux directeur à 0%, permettant ainsi aux banques de la zone euro d'emprunter pendant une semaine.

Emprunteurs à la fête?

Et l'Europe ne fait pas exception. Depuis 2008 et la crise de celui-ci subprimeLes banques centrales du monde entier fixent des taux directeurs proches de zéro, permettant ainsi aux acteurs d’accumuler croissance et financement. Objectif: éviter un nouvel accident financier.

À première vue, ce loyer très bas est une bonne nouvelle pour les emprunteurs, qui utilisent un taux de crédit hypothécaire moyen de 1,29% par an en France (ainsi que). hors assurance obligatoire). Le salaire augmente de 1 à 2% par an, ce qui coûte de l'argent à sa banque, permettant à plus de familles d’emprunter pour donner leurs rêves.

Les banques avec facultés affaiblies

Contrairement aux emprunteurs, les épargnants sont pénalisés, épargnant soigneusement leur épargne sans rien leur épargner. Conséquence logique de cette dégradation, cette dernière a tendance à privilégier les investissements à risque plus grand que la consommation domestique. Au contraire, l'effet des banques centrales après la crise financière, qui a donné plus de mesures du contraire.

Dans la zone euro, t cette politique monétaire a également un impact négatif sur les banques, dont l’activité principale, rappelons-le, reste le prêt. Avec la baisse des taux d’intérêt, les banques et les compagnies d’assurance ont du mal à faire des bénéfices et, donc, logiquement et à l’image des épargnants, elles retournent sur les marchés. En d’autres termes, les institutions bancaires et les autres investissements à risque ne visaient pas tant à préserver leur rentabilité.

"Depuis que nous avons introduit ce taux de dépôt négatif, cela coûte beaucoup aux banques" tEric Dor, directeur des études économiques à l'IESEG Management School, qui croit "Cela coûte environ 7,5 milliards d'euros aux banques de la zone euro au taux actuel de liquidité excédentaire". "La rentabilité des banques (…), déjà sous pression, risque de devenir un problème structurel" Le spécialiste fait preuve de prudence et les institutions doivent convaincre les investisseurs qu'elles sont en mesure de faire face aux taux d'intérêt négatifs et aux exigences de la réglementation européenne en matière de réserves de capitaux pour faire face aux futurs chocs financiers.

C'est l'heure de la consolidation, pas pour l'aventure individuelle

C'est-à-dire que les banques françaises et européennes sont de leur propre initiative. C'est dans ce contexte, particulièrement défavorable, que l'un d'entre eux requiert paradoxalement sa société mère, Creel Mutuel. – dont le modèle mutualiste est resté résistant aux fluctuations financières: Arkéa, un "petit" établissement breton spécialisé en FinTech. En particulier depuis que sa révocation reconnaît des mots dans Mutuel, comme le reconnaît son dernier "document de référence mis à jour". 'Complexe &';et "Il y a des risques liés".

Et au moins: "La perte de la marque Crédit Mutuel", "Conséquences difficiles à saisir" , risques associés à "Changements majeurs sur (projet d'origine)"et "Nouvelles difficultés", "bénéfice autorisé des banques perdues" , ou risques associés "Calculs prudentiels" et "Avec l'accord des autorités de surveillance" tAMF à la BCE, par l'intermédiaire de l'ACPR et de la Banque de France, a mis en garde les dirigeants d'Arkéa contre leurs projets d'indépendance. Pour l'agence de notation Standard & Poor's, en janvier 2018, il a mis Arkéa "Sous surveillance négative", considérant que son grade est épuisé par quelques billets si la banque abandonne, par dissolution, le mécanisme de solidarité qui lie les membres de Mutuel Crete.

Vers une nouvelle crise financière?

Si des taux d'intérêt historiquement bas sont plus favorables à la consolidation bancaire qu'un incident isolé, ils ne constituent pas nécessairement une bonne affaire pour les emprunteurs. Les taux plus bas permettent aux acheteurs de s'endetter plus que jamais, stimulent la demande et encouragent mécaniquement les prix de l'immobilier. – comme à Paris, où le mètre carré dépasse officiellement 10 000 euros.

Avec un risque évident: une pyramide de dettes impossibles à rembourser et, bien, bulle et nouveau crash:"Les taux trop longs (…) juste une crise financière"il met en garde l'académie Jezebel Couppey-Soubeyran. Malgré son apparence, le temps est prudent.

Des taux d'intérêt bas, un danger pour les banques? – Assurance emprunteur
4.9 (98%) 32 votes