Évitez l'assurance vie après 70 ans contre le piège fiscal – Deontofi.com – Simulateur assurance vie

Évitez l'assurance vie après 70 ans contre le piège fiscal – Deontofi.com

 – Simulateur assurance vie

Contenus et formulaires en assurance vie

La réponse de Deontofi.com

Rappelons-nous le contexte, l'article 757b du code général des impôts, le fameux CGI. Selon cet article, l’exemption de l’impôt sur les successions est la règle générale de l’assurance vie, à l’exception de plus en plus poussée.

I. Les droits au décès résultent de sommes, rentes ou de toute autre valeur dues directement ou indirectement par un assureur, sur la base du décès de l'assuré, en fonction de la relation entre le bénéficiaire et l'assuré, jusqu'à la fraction de primes payées après l'âge de soixante-dix ans, dépassant 30 500 euros.

II. Lorsqu'un certain nombre de contrats sont conclus pour le même assuré, toutes les primes payées après le 70e anniversaire de l'assuré sont prises en compte pour déterminer la limite de 30 500 euros.

En principe, si 30 euros rapportent 500 euros pour une assurance vie après 70 ans, ce capital et tous les gains générés par celle-ci sont exonérés des droits de succession en vertu de 757 B du code général des impôts (CGI), les paiements dépassant le seuil de 30 euros 500 soumis à l'impôt sur les successions. Mais en pratique, " telle qu'interprétée par l'administration, lorsqu'une police comprenant des primes payées après 70 ans est partiellement rachetée, la fraction des primes rachetées n'est pas déduite du montant des primes payées imposables au titre des droits de succession " t Marc Bornhauser, président de l'Institut des conseillers fiscaux (IACF). Il est clair que l’impôt impose parfois aux bénéficiaires d’un impôt sur les successions de l’assurance-vie qu’ils n’ont jamais perçus, le souscripteur s’étant retiré du contrat avant son décès, à l’exclusion de l’impôt de votre compte.

Deontofi.com a informé ses lecteurs de cette étape, une question sur la constitution de la priorité (QPC) posée par le courtier en assurance-vie François Nocaudie, en raison de l'injustice de cette interprétation majeure du système fiscal.

Indigné par cet abus fiscal, François Nocaudie, courtier en assurance vie, a porté l'affaire devant les tribunaux contester l’interprétation de Bercy du principe d’égalité contre les impôts, garanti par l’article 13 de la Déclaration des droits de l’homme et des citoyens de 1789. François Nocaudie est réputé pour sa détermination et sa détermination. Après avoir découvert et révélé la transformation des fondateurs de l’assurance vie d’Afer, il a corrigé un malentendu dans le calcul des cotisations sociales défavorable aux 700 000 souscripteurs de ce contrat (2). , 65% des résultats en 2016). Suite à l'avis favorable de la Cour d'appel sur sa question de priorité constitutionnelle (QPC), le verdict du Conseil constitutionnel qui l'avait examinée à l'audience du 26 septembre était attendu. "Nous espérons que le Conseil n'approuvera pas finalement le texte lui-même, mais l'administration le dit clairement", a-t-il déclaré. Maître de Bornhauser.

Le verdict est tombé le 3 octobre 2017 et le Conseil constitutionnel n'a validé que les arguments verbaux, comme indiqué. François Nocaudie en réponse à "la décision beaucoup plus souhaitable prise par le Conseil constitutionnel le 3 octobre".

Vous remarquerez immédiatement qu'un caractère paradoxal est l'argument fondamental du Conseil constitutionnel que vous souhaitez poursuivre.

En fait, il est difficile de voir comment son argent pourrait être retiré d'un contrat en fin de vie, permettant ainsi à ses bénéficiaires de bénéficier du système d'assurance-vie irrespectueux. En effet, ces retraits entraînent les montants correspondants dans la fourchette de common law en matière de succession.

Résultat: faites attention aux paiements d'assurance vie après 70 ans! Les personnes souhaitant bénéficier de cette option de transmission excrétrice ne doivent pas souscrire leur police après 70 ans et il leur est fortement conseillé de faire des paiements après 70 ans sur un précédent contrat ouvert.

Il est préférable d’ouvrir un nouveau contrat, surtout après 70 ans, et même plus, pour pouvoir les fermer de suite, mais sans retraits partiels sur ces paiements après 70 ans.

C’est le mise préféré des Français. Ce support boursier donne l’opportunité de s’instaurer un capital sur le long terme : pour la retraite ou bien dans l’intention de préparer un projet. L’assurance vie présente de nombreux avantages tel que une impôt allégée, une transmission du capital rassérénée ainsi qu’à le versement d’une rente.
Après ouverture du contrat pendant un versement initial, il est envisageable d’effectuer des versements, réguliers et pourquoi pas non, sans bornes de montant. Même s’il est fiscalement plus intéressant d’épargner pendant en or moins huit ans, vous avez le droit de clôturer votre contrat ou de réaliser des retraits à tout moment.
Quel que soit votre objectif à court, moyen et pourquoi pas long terme, il sera important de souscrire le plus tôt probable pour prendre date et acquérir de l’ancienneté. Ainsi plus vite vous bénéficierez de la impôt avantageuse après 8 ans, pour aborder l’avenir sereinement.

Évitez l'assurance vie après 70 ans contre le piège fiscal – Deontofi.com – Simulateur assurance vie
4.9 (98%) 32 votes